Carthago

Posted by Lionel - in ACTUALITES - No Comments

CARTHAGO

 

Carthago est une série de bande dessinée fantastique française en huit épisodes prévus dessinée par Éric Henninot et écrite par Christophe Bec, éditée à partir de mars 2007 par Les Humanoïdes Associés.

 

La petite Histoire

La jeune océanographe Kim Melville découvre dans un dédale de grottes sous-marines l’existence d’une véritable machine à tuer de vingt-cinq mètres de long, censée avoir disparue depuis cinq millions d’années : un fossile blanc connu sous l’appellation de Carcharodon megalodon.

En ce début du Miocène, vingt-quatre millions d’années avant Jésus-Christ, une meute de Balaenoptera musculus traîne paisiblement en plein océan, ignorant qu’une ombre redoutable à la mâchoire tranchante pourchasse le dernier du troupeau qui sera très vite dévoré…

Dans le Jura méridional, deux mille trois cents ans avant Jésus-Christ, sur un des glaciers continentaux, un homme à bout de souffle poursuivi par un Thylacosmilus trébuche dans une crevasse et, le voyant bondir sur lui, prend sa lance qui perfore de justesse le prédateur. Sain et sauf, l’homme se rend compte, perplexe, qu’il tient dans sa main une énorme dent triangulaire trouvée en bas de la falaise qui est en fait un incroyable cimetière de mammifères marins.

En 1993, dans la Fosse des Tonga du Pacifique Sud, précisément dans le gouffre abyssal d’Arunkulta, alors que les ouvriers plongeurs de la société Carthago remettent en route la foreuse après l’avoir réparée. Soudain, une formidable secousse se fait ressentir. Malgré le trépan pourtant intact, les plongeurs jettent un œil là où la tête de la foreuse a débouché. Le fond du roc creusé à vingt-cinq mètres les mène dans d’immenses grottes aux dimensions du mégalodon. Ils continuent à longer le sol sur une dizaine de mètres et découvrent un poisson abyssal. Une surprise effroyable et ensanglantée les attend par la suite…

Une dent de megalodon.

Sur l’archipel de plates-formes de Sedna en pleine tempête arrive le président directeur général de la Carthago, que tout le monde se plaît à surnommer « L’Homme sans visage » en raison de sa cagoule noire qui cache son visage suite à une terrible maladie contractée en Afrique qui l’aurait apparemment défiguré. La réunion commence par la projection sur le rapport des quatre ouvriers plongeurs disparus sans explications après avoir découvert une grotte sous-marine. Une nouvelle équipe plus expérimentée a été chargée de l’exploration de cette seconde caverne, une découverte extraordinaire qui explique la disparition des scaphandriers, et a pu récupérer une partie du corps d’un des ouvriers, précisément du bas des hanches jusqu’à la cinquième côte. Elle a trouvé un triangle pointu et acéré planté dans son estomac : une dent de plus de dix-huit centimètres, celle du carcharodon megalodon, l’ancêtre du grand requin blanc, censé avoir disparu depuis des millions d’années.

 

Ils sont fou ces scientifiques.

Il existe aujourd’hui plusieurs désaccords concernant la classification du Mégalodon. Certains considèrent que l’ancêtre du requin blanc est plutôt le requin mako, le Otodus obliquus étant l’ancêtre du mégalodon

Reprenons notre petite histoire.

De nos jours, dans le barrage de Sarrans, l’océanographe Kim Melville pousse un cri de joie pour avoir découvert l’écosystème du lac aveyronnais et le partage avec son ami Martin qui, lui, se rend compte des risques qu’ils ont pris. Simultanément, elle pense aussitôt à Lou, sa fille. Paniquée, elle se met à sa recherche jusqu’à ce qu’un de ses collègues découvre Lou sortir du lac sans aucun matériel. Soulagée, Kim la prévient combien ce lac est dangereux, à cause des tourbillons il y a eu des dizaines de noyés, mais sa fille la rassure en lui répondant avec l’insolence de son jeune âge qu’elle ne peut pas se noyer. À la grande surprise de Kim, Lou lui raconte qu’elle a vu de grands brochets gris. Martin jure à sa mère que jamais il ne lui en a parlé bien que les premiers que l’équipe ait vu, nagaient à cinquante mètres de profondeur. Cette dernière lui révèle simplement que Lou n’est pas une fillette comme les autres. Au même moment, le vacarme des scooter des neiges attire l’attention de toute l’équipe. L’un des conducteurs du groupe Adome demande Kim Melville… car ils ont quelque chose qui devrait l’intéresser.

Plus loin, vers le nid de l’aigle, un homme contemple un trophée particulier. Dans son fauteuil motorisé, il reçoit en pleine nuit son homme de main (London Donovan) à qui il présente une dent de megalodon et la momie d’un homme des glaces. Ce dernier ne voit pas où il veut en venir. Le Centenaire finit par lui proposer de capturer un megalodon, sa dernière pièce de collection.

 

Les Personnages

  • Kim Melville, jeune océanographe réputée, mère adoptive de Lou à qui elle est très attachée.
  • Wolfgang Feiersinger, riche collectionneur autrichien surnommé Le Centenaire des Carpates, victime de l’écrasement manuel d’un yéti dans les pentes des Monts Kaïlas en 1987. Il souhaite à tout prix ce prédateur aquatique.
  • London Donovan, homme de main de Wolfgang Feiersinger.
  • Lou Melville, fille adoptive de Kim Melville, n’est pas une fillette comme les autres bien qu’elle a une étonnante anomalie physique : elle possède comme qui dirait des branchies Elle sera enlevée par une bande de Wolfgang Feiersinger sur l’Île de Fortuna dans la Nouvelle-Zélande en plein moment où Kim, Martin et Falco étaient coincés dans le profondeur du lagon.
  • Martin, océanologue, ami de Kim Melville,
  • L’Homme sans visage, président directeur général de Carthago, dont la véritable identité reste confidentielle. Son surnom provient de son visage caché sous une cagoule noire.
  • Kazinsky, ex-collaborateur du commandant Bertrand (avec qui il ne parle plus depuis quinze ans) et pilote du bathyscaphe, travaille en compagnie de Kim Melville et Falco.
  • François Dournon, géologue français.
  • Falco, chef de l’organisation écologique appelée Adome, une branche secrète financée en partie par Greenpeace.
  • Commandant Bertrand, propriétaire du navire Thétis, cache ce « quelque chose (qui) est trop important pour être révélé à l’humanité  qu’il a découvert dans les bas-fonds de Djibouti. Ce personnage est un clin d’œil au commandant Jacques-Yves Cousteau.
  • Général Anatolievitch

 

Le Jurassic park de Carthago

 

Le Carcharodon Megalodon

Un Carcharodon megalodon était un requin qui peuplait les océans il y a seize millions d’années et s’est éteint il y a 1,6 million d’années. Il est considéré comme étant le plus redoutable poisson superprédateur de tous les temps et peut-être le plus grand carnassier qui ait jamais vécu sur Terre.

Le Kronosaurus queenslandicus

Kronosaurus queenslandicus, possédant un cou assez court mais des mâchoires d’une force terrifiante. Il est le premier Pliosauroidea découvert en 1889 en Australie dans le Queensland, avant que le fossile le plus complet ait été déniché en 1977.

Le Liopleurodon ferox

 

Cette espèce de pliosaure omnivore était un nageur rapide (avec ses quatre puissantes nageoires) qui vécut du milieu à la fin du Jurassique, il y a environ 155 millions à 160 millions d’années. Comme le décrit Kim Melville : « Elle mesure au moins quatre mètres avec des dents de trente centimètres. Ce monstre doit peser au bas mot cent tonnes.

 

La vérité est ailleur

Christophe Bec s’est inspiré de l’affaire, dans la revue Le Monde de l’inconnu no 290 en 2001, qui avait éclaté le 26 juin 1995il s’agissait d’une découverte effectuée par le commandant Cousteau dans une fosse marine au large de Djibouti, ou se situent des ilots dans le golfe de Tadjoura et plus particulièrement dans la passe de El-Kharab. Selon le commandant, elle n’aurait pas été révélée car elle aurait entrainé des conséquences trop importantes sur les connaissances actuelles : « Quelle créature aurait pu pulvériser une cage aux requins, attirée par un appât, en l’occurrence une carcasse de chameau ? Le premier qui nous vient à l’esprit est le grand requin blanc (Carcharodon carcharias), où son ancêtre, le gigantesque Carcharodon Megalodon de l’ère Miocène… ». Ceci rappelle forcément la séquence où l’on voit, dans les ilots du Golfe de Tadjoura, une carcasse de dromadaire dans une cage plongée dans le bas-fonds avant d’être complètement broyée et un personnage dire : Quelle formidable créature a pu faire ça ?!!. Dans le même article qui note une paragraphe du biologiste du museum de Sydney David G. Stead dans son livre de témoignage Sharks and rays of Australian seas : « J’ai eu entre les mains des dents de carcharodon draguées dans le pacifique ; ce n’étaient pas des fossiles, quelques-unes étaient même très récentes et avaient appartenu à des spécimens de vingt-cinq à trente mètres de long », ce que fait l’homme des glaces au début des pages du premier tome.

Succès du premier tome

Aux environs de quinze mille exemplaires du premier tome de ce thriller écologique nourri de cryptozoologie paraît le 21 mars 2007 dans les librairies.

Le webzine SciFi-Universe conclut que le « premier tome révélateur d’une œuvre s’annonce complexe où à chaque page tournée notre curiosité est titillée. Christophe Bec réussit encore une fois à nous captiver en nous livrant un scénario traitant du harassement de notre environnement face à la raréfaction de nos ressources naturelles causées par l’homme qu’un événement titanesque va troubler dans ses fondements même. Il collabore avec justesse avec le dessinateur Éric Henninot dont le coup de crayon réaliste colle à cette histoire efficacement et rehaussée par une mise en couleur éclatante réalisée par Delphine Rieu ». Le Canal BD clame haut et fort que « Carthago est en effet un thriller écologique spectaculaire et efficace, construit autour de personnages solides et bien définis. On en redemande ! »

Quelques semaines après, l’éditeur réédite déjà trois mille exemplaires et, en 2010, paraît la cinquième édition française, dépassant les vingt-cinq mille exemplaires vendus.


Carthago Adventures

Les Humanoïdes Associés et Christophe Bec ont pris la décision de lancer une série dérivée en one-shot Carthago Adventures16 afin de faire prendre patience aux lecteurs réclamant le troisième tome. Mise officiellement au dessin par Jaouen, l’histoire est basée sur les deux personnages originaires de la série mère Wolfgang Feiersinger et London Donovan partant à la recherche du Bigfoot dans les montagnes nord-américaines. L’album, publié en avril 2011, est d’emblée un succès.

©Fred2017

Comments are closed.

  • Abonnez-vous gratuitement !

    Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 72 abonnés.

  • BD

    Nombreux titres disponibles, BD de collections, classiques et rares.
  • POLARS

    Un grand choix de livres de poche, beaux livres, livres de collections.
  • SCI-FI

    Beaucoup de choix de livres de poche, séries et collections.
Véga - 39, rue de la Prairie 88100 Saint-Dié-des-Vosges 06 10 17 09 75 contact@vega-bd.fr - www.vega-bd.fr - design par STUDIOJUL.fr